Laissez-nous un message

dans le livre d'or

 

Cliquez ici

 

« Le corps peut beaucoup de choses

dont l’esprit s’étonne »

Spinoza, Ethique

 

 

 David Leventhal

Program Director DanceForParkinson

 Thierry Janssen
Médecin, écrivain et thérapeute
"La danse m'a sauvé"

 

Depuis un certain temps déjà, un intérêt non dissimulé est porté aux bénéfices de soins alternatifs dans certaines maladies neurologiques chroniques et dégénératives.

Une approche somatique est souvent privilégiée.

 

A côté du traitement médicamenteux, de la kinésithérapie, de l’ergothérapie, de la logopédie et de la revalidation cognitive, les pratiques d’un sport aérobie (marche, course, vélo), d’un art martial (taï-chi, yoga) ou de séances de méditation en pleine conscience - pour n’en citer que quelques exemples- sont apparues comme des adjuvants souvent efficaces.

 


Si les bénéfices vasculo- et neuro- protecteurs sont maintenant bien démontrés pour certains de ces exercices, ces derniers pourraient également se révéler capable d’activer de nouvelles connexions neuronales voire même de stimuler la neurogenèse !

 

Enfin, et contrairement aux approches classiques, ces activités se pratiquent en groupe, idéalement en extérieur, hors de tout contexte hospitalier et dans un esprit ludique pouvant aller jusqu’à un authentique plaisir. Elles ajoutent ainsi une dimension sociale et environnementale aux soins classiques d’abord centrés sur la correction du mécanisme de la pathologie et de ses conséquences premières.

  

Ces activités communes permettent ainsi souvent au patient de bien progresser dans l’acceptation de sa maladie et de se réinscrire dans une dimension existentielle. Elles sont l’occasion d’un échange, d’un apprentissage et aident à reprendre possession de son corps souvent déprécié, à retrouver confiance en soi, à mieux s’estimer; bref, d’une certaine manière à se «réincarner».


 

 

Elles sont enfin en parfaite adéquation avec la première définition de la santé selon l’OMS: « un état de bien être complet sur le plan physique, mental et social», laissant entrevoir l’idée que, sans doute, on peut être malade et en pleine santé !